Surfeurs sous pression

Publié le par robert

Ça ne rigole plus dans les équipes de surf. Chez Quick Silver, l'un des plus gros team, on ne prévoit pas encore de réduction d'effectifs. Mais déjà, on annonce : « Les budgets sont très serrés. »

Chez Rip Curl, par contre la coupe est plus dure : 1/4 des contrats n'ont pas été renouvelés cette année.

Désormais les sponsors misent sur les femmes, très médiatiques en ce moment et sur les juniors dont le sponsoring est moins coûteux que sur le tour mondial. « Les plus touchés ce sont les hommes qui sortent du circuit junior et qui n'ont pas encore pu faire leurs preuves », explique Gilles Darqué, coach chez Rip Curl.

« On est obligé de faire des choix. Sur les jeunes, ça met une pression intenable, ils savent que s'ils ne brillent pas ils risquent d'être éjectés », ajoute l'entraîneur.

Ce jeune surfeur confirme : « On travaille deux fois plus parce que les places sont de plus en plus chères. » Aujourd'hui, ils ne seraient pas plus d'une cinquantaine de surfeurs à bien gagner leur vie.

Publié dans économie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article